2008 Mannequin

2004 Exhibits

1998 Retrouvailles

Je ne pourrais faire de commentaires sur les trois œuvres d'art plastique que j'expose, d'une manière analytique en dévoilant des étapes ou une conception fondée. Je ne le puis, étant donné que je me suis permise le luxe de vivre leur réalisation d'une manière plus qu'émotionnelle (quel gaspillage ringard pour la fin du XX siècle !).et que parfois il m'arrivait de résoudre intuitivement les problèmes qui apparaissaient au cours de mon travail.

En parlant d'émotion, commençons par le fait que les deux portes et la fenêtre ne sont pas tombées par hasard chez moi. Des portes et une fenêtre que mes parents, que les parents de mes parents ouvraient chaleureusement aux amis et aux étrangers, mais que de temps en temps je fermais à double tour. Des objets qui semblent souffrir de l'oubli et de l'inutilité. Je suppose que ce n'est pas seulement de la sentimentalité et un souvenir, et je me rends compte que c'est aussi un droit qui leur appartient que de prolonger encore un peu leur vie.

Les dessins faits au début sont devenus inutiles. Mon souhait était de pouvoir transmettre l'atmosphère d'un lieu délaissé, tombé dans l'intemporel. Peut-être ai-je crée ces œuvres pour confronter la géométrie de la porte et de la fenêtre à l'expressivité des tâches multicolores des gobelins, la surface plate du tissus à la plasticité du volume. Dépourvues de leurs fonctions initiales, les portes et la fenêtre en adoptent une nouvelle - ils encadrent le tissue ou ils encadrent les paysages que j'appelle tels d'une manière conditionnée.

Maintenant que je me sens spectatrice de mes propres œuvres, je pense les avoir créer pour rechercher la tolérance des deux matériaux.

Quand je devais songer à la façon de présenter mes oeuvres, j'étais en permanence tentée par la phrase "Qu'elles parlent d'eux-mêmes". Cliché très banal, mais aussi très vrai. Commenter mon propre travail est d'une manière générale dépourvu de sens. Exposées devant vous, elles sont pénétrées d'une signification et d'un sens nouveaux, différents de ceux qui me préoccupaient.

Enfin, j'espère qu'il en soit ainsi, car c'est une des choses qui ne les définira pas seulement comme mémoire de fin d'études, mais aussi comme des oeuvres qui ont commencé leur propre nouvelle vie.